You are currently viewing LE MAWLID : Expression de l’Amour du<br>Prophète Muhammad (PSL)

LE MAWLID : Expression de l’Amour du
Prophète Muhammad (PSL)

Depuis l’aube des temps et dans l’histoire de la création, puis dans la succession des époques et la manifestation des êtres ; les années ont attendu l’apparition de l’être le plus sublime, le plus complet, l’unique auprès d’Allah (SWT). Cet honneur est accordé au mois de Rabî al-awwal.

Bienvenue au mois de la naissance du Prophète, Mois doué d’élévation et d’agrément

Mois du Prophète Ahmad, celui de Rabî al Awwal [1]

Cette naissance était annoncée par tous les prophètes qui ont précédé. Elle était attendue par les savants, les intellectuels éclairés et par l’humanité tout entière : celle du meilleur des prophètes, le dernier Prophète qui a clos la prophétie.

Bienvenue au mois du nommé Mustapha (le choisi), la Pureté de tous les élus

Le Meilleur des serviteurs, d’entre les Anges Nobles et les Prophètes [1]

La naissance du Prophète Muhammad (Paix et salut d’Allah sur lui, PSL) a sauvé l’humanité. Elle a affranchi l’intellect, ouvert les cœurs et éclairé les visions [2] si bien que le développement de l’Homme, de la société et de l’environnement a connu son plus grand essor. Orphelin à l’âge de 4 ans, il a eu une enfance éprouvante, une adolescence expérimentale, qui lui ont permis de développer des valeurs fondamentales de vertu et de sagesse. « Et tu es certes d’une moralité éminente » Coran Sourate 68, verset 4 (S68, v4). Il (PSL) rapporte dans une de ses paroles prophétiques que « Mon Seigneur m’a éduqué et Il a parfait mon éducation. »

La célébration de la naissance du Prophète Muhammad (PSL), appelé Mawlid ou Gamou, est un évènement religieux islamique très important. Aujourd’hui, il est célébré partout à travers le monde et suivi par des millions de musulmans. Ainsi Allah dit dans le Coran : « En vérité, dans la création des cieux et de la terre, et dans l’alternance de la nuit et du jour, il y a certes des signes pour les doués d’intelligence. » (S3, v190)

Dans cet article, nous avons choisi de donner une description de l’identité du Prophète Muhammad (PSL), d’apporter des arguments historiques sur la célébration du Mawlid, puis sur comment célébrer cet évènement et enfin de rappeler certaines étapes de la vie du Prophète Muhammad (PSL).

 

 

Identité du Prophète Muhammad (PSL)

Muhammad (PSL) est fils de Abdallah, fils de Abd Al-Mutalib, fils de Hashim, fils de Abd Al-Manaf, fils de Quchay, fils de Kilab, fils de Murrah, fils de Kaab, fils de Louay. C’était un arabe de la noble famille des Banî Hâchim et du puissant clan des Quraysh habitant à la Mecque en Arabie.

Il (PSL) est de taille moyenne, ni grand, ni petit. Il (PSL) est blanc avec un teint bronzé sur la partie visible de son corps. Il (PSL) avait une tête grosse avec une chevelure fournie. Ses yeux sont gros avec des cils et sourcils bien étoffés. Son nez surélevé, sa bouche grande avec de petite dentition. Ses bras et ses jambes étaient longs et forts. Sa poitrine était large, poilue jusqu’à son nombril. Il avait une barbe et une moustache bien fournies.

S’il était accompagné ou en public, il devient plus grand que tout le monde. Il avait une marche résolue, déterminée avec assurance. Il (PSL) ne se précipitait jamais quelque soit l’importance ou l’urgence de la situation. Son sommeil était comparable à la somnolence, ni profond ni long. Son rire était un sourire et ressemblait à un éclair qui fend l’obscurité d’un ciel nuageux qui s’apprête à pleuvoir. Il était d’une éloquence inégalée et d’une bonneté extraordinaire [2]. Ainsi le Coran dit : « Et tu es certes d’un caractère éminent » (S68, v4).

Notre mère Aïcha, qu’Allah agrée (ra), disait de lui :

Plus beau que toi, je ne l’ai jamais vu

Plus complet que toi n’a jamais été porté par une femme. [2]

Célébrer la naissance d’un être aussi sublime doit être compris pour lui accorder une importance particulière à la hauteur de sa dimension, de son impact dans le bien-être et l’épanouissement de la société.

Arguments historiques sur la célébration du Mawlid

L’existence de Muhammad (PSL) comme Prophète d’Allah est étroitement liée à la croyance musulmane si bien qu’elle constitue la profession de foi. De ce fait, croire au Prophète est un témoignage de la croyance en Allah. Aujourd’hui, plus d’un milliard huit cent millions de musulmans témoignent leur croyance en Allah et au Prophète Muhammad (PSL). Cette croyance produit une foi inébranlable qui se traduit par une adoration basée sur l’Amour d’Allah. Dieu dit dans le Coran : « Dis : Si vous aimez vraiment Allah, suivez-moi, Allah vous aimera et vous pardonnera vos péchés. Allah est Pardonneur et Miséricordieux. » (S3,v33). Suivre la Sunna du Prophète Muhammad (PSL) est le signe de l’Amour d’Allah. De plus le Coran rappelle que : « Certes, un Messager pris parmi vous, est venu à vous, auquel pèsent lourd les difficultés que vous subissez, qui est plein de sollicitude pour vous, qui est compatissant et miséricordieux envers les croyants. » (S9, v128).

L’amour du Prophète Muhammad (PSL) est intrinsèque à la foi et aux pratiques de la religion musulmane. Cet amour a pu exister et matérialiser dans sa plénitude par la naissance du Prophète Muhammad (PSL). Célébrer la naissance du Prophète Muhammad (PSL) est un devoir pour le croyant. Et Allah rappelle dans le Coran : « Et tout ce que Nous te racontons des récits des messagers, c’est pour en raffermir ton cœur. Et de ceux-ci t’est venue la vérité ainsi qu’une exhortation et un rappel aux croyants » (S11, v120)

On rapporte que le Prophète Muhammad (PSL) célébrait sa naissance en observant le jeûne le jour du lundi. Les compagnons du Prophète (PSL) ont chanté des poèmes en son honneur en guise de reconnaissance à son être. Puis les générations suivantes célébraient le jour de sa naissance par le jeûne, des chants, des prières, des donations aux nécessiteux. Ensuite est apparue la Tariqa Tidjane qui a formalisé la célébration de la naissance du Prophète Muhammad (PSL) en évènement.

Mausolée de Cheikh Ahmad At-Tidjane, fondateur de la Tariqa Tidjaniya. Fès, Maroc. (Photo pris par A. Soumaré en visite à Fès du 28/09/2021 au 02/10/2021)

Comment célébrer la naissance du Prophète Muhammad (PSL)

Aujourd’hui, avec l’avènement de la FaydaTidjaniya, Cheikh Ibrahima Niasse (ra) a impulsé une direction à la célébration de la naissance du Prophète Muhammad (PSL).

Cheikh Ibahima Niass, dit Cheikh Baye (1900 – 1975) : père de la Fayda Tidjaniya

L’amour n’ayant ni couleur, ni origine, ni forme, il peut être porté en chaque être et meilleur que soi-même. Le Prophète rapporte que « Personne d’entre vous ne sera un (vrai) Croyant, s’il n’éprouve pas pour moi plus d’amour que pour son père, ses enfants et tous les hommes. » [Sahih Al-Boukhari 15] [3]. Cheikh Ibrahima Niasse (ra) a aimé le Prophète (PSL) plus que soi-même et a transmis cet amour à l’humanité à travers ses disciples, ses sympathisants, les espaces qu’il a traversés, les êtres qu’il a vus et ceux qui l’ont vu.

Cheikh Ibrahima Niasse (ra) célébrait la naissance et le baptême (7éme jour) du Prophète Muhammad (PSL) dans sa cité religieuse de Médina à Kaolack, ville située à 193 kilomètres au sud-ouest de la capitale Dakar du Sénégal. Aujourd’hui, la conjonction de cette cité avec le temps de la naissance du Prophète (PSL) constitue un point de convergence de millions de personnes de plusieurs nationalités venant de partout dans le monde. La lumière de l’amour du Prophète (PSL) est centrée en ce lieu sous ses différentes modalités qui satisfassent les aspirations et éclairent les inspirations de toute personne qui répond au devoir primaire du croyant.

La célébration d’un tel évènement ne saurait être restreinte dans l’espace ni dans le temps. Chaque personne peut le célébrer partout où elle est et quand elle pourra au-delà du jour anniversaire. 

La majorité des savants sont d’accord sur la célébration de la naissance du Prophète (PSL). Les formes diffèrent d’un pays à un autre, d’une école à une autre et d’une congrégation à une autre. Mais tous ont le socle commun d’exprimer leur amour au Prophète Muhammad (PSL) par : des rencontres, des chants des éloges du Prophète (PSL), des prières, de la lecture du Coran et des rappels sur la vie et l’œuvre du Prophète (PSL).

Mosquée de Baye Niasse située dans la cité religieuse de Médina Baye à Kaolack, Sénégal

Rappel sur la vie du Prophète Muhammad (PSL)

Le Prophète Muhammad (PSL) est né orphelin de son père, à l’aube du lundi 12 Rabî al-Awwal, soit le 20 avril 570 à La Mecque. Sa mère Aminatou Bint Wahb le confia à la nourrice Halimmah Sadiyah qui s’occupa de lui jusqu’à ses quatre ans. Un jour lorsqu’il est accompagné avec d’autres enfants de son âge pour aller paître le petit bétail, ils eurent la visite soudaine de quatre anges qui leurs apparurent sous forme de loups. Les enfants ont eu peur et se sont enfuis sauf Muhammad (SAWS). Les anges lui ouvrirent la poitrine par derrière au niveau de son épaule, purifièrent son cœur, le remirent en place et refermèrent l’ouverture. A ce niveau de son épaule se situait l’empreinte du dernier prophète. Halimmah Sadiyah et son mari inquiétés par cet évènement décida de donner Muhammad (PSL) à sa mère. A l’âge de quatre à six ans, il perd sa mère en plein désert alors qu’ils rentraient d’une visite effectuée à ses oncles à Médine.

Après le décès de sa mère, Muhammad (PSL) est recueilli par son grand-père Abdul Mutalib qui s’est occupé de lui jusqu’à son décès. Ensuite il est confié à son oncle Abu Talib. A l’âge de 9 ans, il accompagne son oncle à une expédition commerciale vers Sham (actuelle Syrie). En route, à Busrâ, situé entre Jérusalem et Damas, la caravane s’arrêta pour faire les échanges usuels et les transactions nécessaires [4]. Ils campèrent dans la banlieue de la ville. C’était un territoire byzantin. Un moine savant du nom de Bahîrâ invita le convoi à partager un repas dans son couvent. Les adultes ayant confié les bêtes de convoi à Muhammad (PSL) pour aller répondre à l’invitation. Bahîrâ constata l’absence du jeune Muhammad (PSL) et demanda d’aller le chercher pour se joindre à l’invitation. Il demande à ses hôtes : qui est le parent de ce jeune homme ? Abu Talib répondit que c’était lui. Bahîrâ dit que les parents de ce jeune homme ne sont pas vivants !

Abu Talib répondit, effectivement ses parents sont décédés, je suis son oncle.

Bahîrâ conseilla de ne pas voyager avec cet enfant car il a une destinée extraordinaire et que certaines communautés savent qu’il est né et cherche à le trouver et il serait sage de ne pas l’exposer. Tout à coup un groupe d’homme entra brusquement dans le couvent où se trouvait les invites et interrogea Bahîrâ : les textes anciens ont prédit que le dernier prophète passera ici ce jour, nous sommes venus pour mettre fin à ses jours. Bahîrâ leur répondit : si c’est vraiment un prophète de Dieu, pensez-vous que vous pourrez le tuer ? Ils répondirent non. Et si ce n’est pas un prophète, accepteriez-vous de tuer un innocent ? Ils ont répondu non. Alors dans ce cas ne réfléchissez-vous donc pas, sortez de mon couvent bande d’idiot !

A la suite de cet échange, Bahîrâ conseilla à Abu Talib de retourner avec le jeune Muhammad (PSL) et de ne pas mettre sa vie en danger. [2]

Devenu jeune homme, Muhammad (PSL) a réalisé des activités commerciales. L’honnêteté, la rigueur et le courage de Muhammad (PSL) émerveilla ses concitoyens à tel point qu’il fut sollicité dans plusieurs circonstances pour résoudre des différends, réaliser des missions de surveillance de caravanes commerciales. C’est ainsi que, Khadîjah bint Khuwailid, une riche Mecquoise, envoya Muhammad (PSL) plusieurs fois à des foires commerciales, une fois à Hûbachah et deux fois à Jarch ou Jurach. A chaque fois Khadîjah était satisfaite de ses missions, ce qui l’amena à confier à Muhammad (PSL) la mission de conduire toute une caravane en Syrie. [4]

A l’âge de 25 ans, Abû Tâlib, à la suite d’une période de disette de plusieurs années, proposa à son neveu Muhammad (PSL) d’aller demander à Khadîjah de lui confier une mission commerciale comme elle le fait avec d’autres. Khadîjah lui confia volontiers d’importantes marchandises, lui prêta son esclave Maisarah comme serviteur, et le fit accompagner par l’un de ses propres parents, Khuzaimah. Cette mission fût une grande réussite, ils ont gagné le double des gains ordinaires. Toute reconnaissante, Khadîjah accorda également à Muhammad une double récompense. Ensuite est née entre eux une relation de confiance. Khadîjah estimait beaucoup Muhammad (PSL) si bien qu’elle l’a proposé de l’épouser. Elle avait 40 ans et Muhammad (PSL) en avait 25. [5] Le Prophète Muhammad (PSL) a vécu 25 ans épanouies avec Khadîjah jusqu’à son décès en 620.

Pendant sa vie d’adulte, avant la révélation, il avait l’habitude de s’isoler dans la grotte Hira située sur le Mont Noor à environ 3 km de La Mecque en direction de Mina.

Entrée de la Grotte Hira sur le Mont Noor situé à 3 km de La Mecque en direction de Mina (Arabie Saoudite)

A 40 ans, en 610, Muhammad (PSL), illettré ne sachant ni lire ni écrire est choisi Messager de Dieu envoyé à toute la création. « Et nous ne t’avons envoyé qu’en miséricorde pour l’univers. » (S21, V107). Ici débute la mission salvatrice du Prophète Muhammad (PSL) : « Certes, un Messager pris parmi vous, est venu à vous, auquel pèsent lourd les difficultés que vous subissez, qui est plein de sollicitude pour vous, qui est compatissant et miséricordieux envers les croyants. » (S9,  V128).

Il a reçu la révélation, transmis le message divin et exercé sa mission de Prophète pendant 23 ans. Treize ans à La Mecque et 10 ans à Médine. Son séjour à La Mecque fut une expérience personnelle très éprouvante durant laquelle il eût affronté la résistance de ses proches, de sa communauté à son statut de messager et au message d’Allah. Ceci a engendré l’émigration de certains de ses compagnons en Abyssinie, l’exclusion sociale du clan du Prophète Muhammad (PSL) par les Qurayshites, la recherche d’un asile auprès de ses oncles maternels à Tâ’if après la mort de sa fidèle femme Khadîjah et de son puissant oncle Abu Talîb. Devant le refus de ses lointains parents de lui accorder l’asile, le Prophète Muhammad (PSL) retourna à La Mecque. Dans ces conditions difficiles, Allah le récompensa en le convoquant au ciel et l’honora en le recevant en audience : c’est le voyage nocturne et l’ascension. « Gloire à Celui qui, de nuit, fit voyager Son serviteur du Lieu Sacré d’adoration [mosquée al-Haram] au Lieu d’adoration le plus éloigné [mosquée al-Aqsa], dont Nous avons béni les abords, afin de lui montrer certains de Nos signes. Certes, c’est Lui qui entend et qui voit clairement. » (S17, V1-3)

Dés le début de sa mission, il est rentré en contact avec tous les rois de l’époque partout dans le monde, de Abyssinie à Byzance et de Perse à l’Égypte et les responsables tribaux les plus influants pour les appeler à l’Islam.

 

A 53 ans après le décès de son épouse Khadîjah, de son oncle Abu Talib, et sous la pression sociale à la Mecque contre la propagation de la religion musulmane et les tentatives d’atteinte à sa personne, le Prophète (PSL) émigra à Médine en 622 : c’est l’Hégire, le début du calendrier musulman. Ce geste noble et symbolique a permis de rompre définitivement avec la culture païenne, d’installer l’ère musulmane et d’entrainer l’ouverture de l’Islam au monde entier. Les relations bilatérales et multilatérales se mirent en place entre le Prophète Muhammad (PSL) et les Mecquois, les tribus médinois d’une part, puis avec les empires et les villes centres d’échanges commerciales d’autre part. C’est le début du développement international de l‘Islam.

 

Dans ce contexte, le Prophète Muhammad (PSL) a montré son habilité et sa performance diplomatique à travers les différentes négociations qu’il a menées. La conclusion du Traité d’Hudaybiyah avec les dignitaires Mecquois en fut un exemple.  En effet, en direction de La Mecque pour effectuer le pèlerinage de la Maison sacrée, la Kaaba, les Qurayshites s’opposèrent à laisser le Prophète Muhammad et ses compagnons pénétrer dans la ville sainte. Face à leur refus, et devant l’inévitable projet d’accès des musulmans à la Kaaba, les Qurayshites convinrent d’un pacte avec le Prophète (PSL). Avant la conclusion du pacte un émissaire des Quraysh du nom de ‘Urwah déclara : « Ô gens, j’ai été envoyé comme ambassadeur auprès de rois, auprès de César, de Chosroés et du négus, mais jamais je n’ai vu un roi que ses sujets honorent comme les Compagnons de Muhammad honorent Muhammad. S’il commande quelque chose, à peine a-t-il parlé que déjà l’ordre est accompli ; lorsqu’il fait son ablution, c’est tout juste s’ils ne se battent pour en recueillir l’eau ; lorsqu’il parle, leurs voix se taisent ; et jamais ils ne le dévisagent, mais ils baissent les yeux par respect pour lui. Il vous a offert une concession amiable, acceptez-la donc venant de lui ! » [6] Les Quraysh envoyèrent Suhayl ibn ‘Amr pour conclure un traité avec le Prophète (PSL). Après discussion, ils arrivèrent à un accord dont les termes furent :

  • « Déposer le fardeau de la guerre pour dix ans, pendant lesquels leurs hommes seront saufs et ne se feront entre eux aucune violence ; à condition que quiconque des Quraysh viendra à Muhammad sans l’autorisation de son gardien, Muhammad le leur renverra ; mais que quiconque de ceux qui sont avec Muhammad viendra à Quraysh ne sera pas renvoyé. Il n’y aura ni subterfuge ni traîtrise.
  • Quiconque souhaitera entrer dans le lien et le pacte de Muhammad pourra le faire ; et quiconque souhaitera entrer dans le lien et le pacte des Quraysh pourra le faire. »
  • Le traité se concluait par ces mots : « Toi, Muhammad, tu t’éloigneras de nous cette année et tu n’entreras pas à La Mecque contre notre gré lorsque nous y serons présents. Mais durant l’année à venir, nous sortirons de La Mecque et tu y entreras avec tes compagnons, y demeurant trois jours, ne portant d’autres armes que celles du voyageur, les épées restant dans leur fourreau. » [6]

 

Lorsque enfin cet accord fut accepté par les deux camps, le Prophète Muhammad (PSL) dit à Alî ibn Abu Talib de le transcrire en commençant par la formule coranique de consécration : Bismi Llâhi r-Rahmâni r-Rahîmi, « au Nom de Dieu, l’Infiniment Bon, le Miséricordieux ». Suhayl protesta aussitôt : « En ce qui concerne Rahmân, je ne sais pas qui il est. Ecris donc Bismik Allâhumma, « en Ton Nom, ô dieu », comme tu avais naguère coutume d’écrire. » Le Prophète (PSL), accepta et dit : « Ecris Bismik Allâhumma », et il dicta la suite du traité : « Tels sont les termes de la trêve signée entre Muhammad, l’Envoyé de Dieu et Suhayl le fils de ‘Amr » ; mais Suhayl protesta à nouveau : « Si nous avions su que tu es l’Envoyé de Dieu, nous ne t’aurions pas combattu ; écris donc : « Muhammad, le fils de Abdallah ». Le Prophète (PSL) accepta encore, et demanda à Alî d’effectuer la modification, mais ce dernier ne pu se soumettre à une telle demande et n’eut pas la force d’effacer sa phrase. Le Prophète (PSL) demanda à Alî de lui indiquer les mots en question, qu’il biffa de sa main. A sa demande, ‘Ali écrivit à leur place : « le fils de Abdallah ».

Ce traité, respecté par les musulmans leur a permis de conquérir la Mecque et de pouvoir faire les actes d’adoration telle que le Hajj, la Omra etc.

A 63 ans, à la suite de son dernier pèlerinage à La Mecque, la révélation du Coran lui fut complétée à la suite du célèbre discours d’adieu du Prophète (PSL) sur le sommet du mont Arafat le 9 du mois ZulHijja an 9 Hégire correspondant au 19 mars 631 (calendrier Grégorien). Il finit son discours par ses mots : « Que tous ceux qui m’écoutent transmettent ce message à d’autres, et ceux-là à d’autres encore ; et que les derniers puissent le comprendre mieux que ceux qui m’écoutent directement. Sois témoin, Ô Dieu, que j’ai transmis Ton message à Tes serviteurs. » A la fin du sermon ce verset fut révélé : « Aujourd’hui, J’ai parfait votre religion pour vous et J’ai accompli Mon Bienfait sur vous. Et J’ai choisi l’Islam comme religion pour vous. » (S5, v3)

Peu de temps après le Prophète Muhammad (PSL) tomba malade à partir du 28 Safar an 10 Hégire soit le 05 juin 631 (Grégorien). Les quatre premiers jours de sa maladie, il continua à diriger la prière dans sa Mosquée bénie à Médine. Ensuite, la maladie s’est aggravée au point qu’il ne put diriger la prière, il confia alors la direction de la prière à son fidèle compagnon Ababacar As Sadiq qui assura cette fonction pendant 8 jours jusqu’à la disparition du noble Prophète Muhammad (PSL). Ce fut un lundi 12 Rabbi al-Awwal an 10 Hégire qui correspond au 18 juin 631 (Grégorien). Il rendu l’âme dans la chambre de Aïcha ibn Ababacar où il est enterré. Il a laissé derrière Lui 2 filles (Zeynabu bint Rassul et Fatima Zahra bint Rassul), 9 épouses (Aïsha bint Abi Bakr, Hafsa bint Oumar, Umm Habiba, Sawda bint Zam’a, Umm Salama Hind, Zaïnab bint Djahch, Juwaïnyya, Safiya bint Huyayy, Maymuna) , saintes mères des musulmans et 124 milles musulmans.

 

Muhammad ibn Abdallah (PSL) est parti et Muhammadu Rassulul-lahi (l’envoyé d’Allah) reste avec la création dans l’éternité divine. C’est une réalité transcendante et éternelle. C’est un principe intime à la réalité divine et à toutes formes de création. Cette entité en puissance est entièrement consciente de son Être dans l’Unicité d’Allah la plus Absolue. Ainsi le Coran rappelle : « … Allah suffit comme témoin. Muhammad est le Messager d’Allah… » (S48, V28-29). Le Prophète (PSL) rapporte dans un hadith : « j’étais Prophète et Messager sachant ma prophétie et mon état de messager alors qu’Adam était entre l’eau et l’argile.  Et Adam n’existait pas de même que l’argile, le Trône, le Siège, les sept cieux et les sept terres, le Paradis, l’Enfer, rien, rien, rien n’existait »

La création du monde par le tout puissant a eu lieu à partir de la réalité Muhammadienne. Au travers de toute bienveillance Allah manifeste son secret en son Prophète (PSL) qui englobe ainsi toutes les réalités. Dans le Coran Allah le Très Haut dit : « Allah est la lumière des cieux et de la terre. » (S24, v35) N’eût été cette bienveillance interposée en l’être prophétique rien ne serait capable de recevoir l’intensité de la lumière divine. Le Prophète (PSL) Lui-même dit : « je suis issu de Dieu et les croyants sont issus de moi »

 

Référence :

  1. Poème de Imam Boucheyri compilé par Cheikh Ibrahima Sall dans un recueil destiné aux disciples
  2. Discours de El Hadji Ibrahima Niasse au Gamou de 1968 à Médina Kaolack : Discours présent sur internet https://www.youtube.com/watch?v=NznaURfZtBc
  3. Harkat Ahmed, Le Sahîh d’al-Bukhâry : Les hadîth authentiques établis par le grand traditionniste l’Imam Abu Abdullah Muhammad ben Ismail Al-Bukhary (m. 256 ; h) ; Volume I. Al-Maktaba Al-A’sriggah, Beyrouth – Saida
  4. Muhammad Hamidullah, Le Prophète de l’Islam : Sa vie, son œuvre, texte 92, 93
  5. Muhammad Hamidullah, Le Prophète de l’Islam : Sa vie, son œuvre, texte 109-110
  6. Martin Lings, Le Prophète Muhammad : Sa vie d’après les sources les plus anciennes ; p405-419 Ed. SEUIL