You are currently viewing Le Gamou (Mawlid): un événement à vivre quotidiennement

Le Gamou (Mawlid): un événement à vivre quotidiennement

 Le Mawlid est inscrit dans la réalité de chaque être et de chaque parcelle de l’existence.

Il est la trame de fond de la création qui procède de la manifestation première, celle de la Réalité Essentielle de Muhammad (Haqîqatul Muhammadiyya). Témoigner de son existence propre, c’est célébrer consciemment ou inconsciemment le Mawlid.

Car ce témoignage induit rétroactivement celui de la reconnaissance de la Réalité supra-humaine du Prophète (saw) qui disait « la première création divine est ma lumière » ; « j’étais envoyé alors qu’Adam était entre l’eau et l’argile », hadith dont la suite révèle qu’il préexistait à l’eau, à l’argile et à la manifestation formelle.
Dans le Coran Allah dit du Prophète (saw) qu’il l’a envoyé comme miséricorde pour tout l’univers, le Miséricordieux étant un nom d’Allah. Célébrer donc le Mawlid, c’est magnifier le Prophète (saw) sur les deux plans de son existence : comme réalité humaine et supra- humaine.
Sur un premier niveau, la commémoration du commun des mortels se traduit par le récit de la biographie du Prophète (saw), les lectures du Coran, les prières et invocations, les panégyriques et louanges très élogieux, autant d’actions de grâce qui fécondent et vivifient les sublimes nuits du Mawlid et dont le caractère traditionnel est profondément enraciné au Sénégal.

Toutes ces pratiques contribuent à l’accroissement de

notre amour pour le Prophète (saw). Cependant, dans un monde où la famine, les maladies, l’insécurité sont les compagnons de toute une frange de l’humanité, un changement de paradigme doit s’opérer dans la célébration du Mawlid.

En effet, la perpétuation de la sunna du Prophète est le meilleur moyen de s’en souvenir et de se rapprocher de lui, dès lors ces hadiths ci-dessous nous facilitent notre imitation du Prophète par les actes : 

« Les croyants, dans l’amour, l’affection et la miséricorde qu’ils se portent, sont comparables à un seul corps. Lorsqu’un membre est affecté, c’est l’ensemble du corps qui ressent la douleur et s’enfièvre » rapporté par Bukhari et Muslim.

« Allah aide Son adorateur tant que celui-ci aide son frère. » rapporté Muslim.

En cette période de covid-19, aujourd’hui plus que jamais, il est important de magnifier le Prophète (saw) par les manifestations de l’entraide et la solidarité.

Depuis quelques années, une ou plusieurs ONG islamiques, associent au Gamou cette dimension d’entraide sociale par l’organisation de journées de consultation médicale gratuite, la fourniture de kits de santé…

Une attitude qui est à vulgariser dans le monde entier, une personne malade, même pleine de volonté ne pourra célébrer le Mawlid comme il le faudrait, une personne piégée entre les crocs de la famine, se suffira d’assouvir sa faim que de célébrer le Mawlid.

Au-delà de cet aspect festif, social et populaire, et au-delà de son caractère périodique et épisodique, le Mawlid doit être l’influx qui se diffuse quotidiennement et chaque instant dans notre vie qu’il doit justifier et dont il doit déterminer le cours. Chaque jour et chaque instant du croyant doivent être un moment de Mawlid, sans commune mesure avec le grégarisme que donne lieu l’afflux dans les grands centres de convergence religieux.

Ce Mawlid est celui de l’élite qui nourrit un amour exclusif du Prophète (saw) qui est apparition et tension vers lui, et celui de l’élite de l’élite qui vit véritablement et pleinement ce hadith du Prophète : « nul parmi vous ne sera véritablement croyant tant qu’il ne m’aimera pas plus qu’il n’aime son père, son enfant et tous les autres hommes ».

Cet amour vécu dans toute son intensité est dévoilement et réalisation, ouvrant à la compréhension du sens de sa seule présence.